Stroboscopes hier et aujourd'hui



Le brouillage
Q
uand les images défilent trop vite, tout se brouille. On a l'impression d'une longue image indéchiffrable.
On peut observer ce qui se passe sur l'animation suivante en modifiant la vitesse du moins vers le plus.
J'ai fixé ici le maximum à (360/11)°, nous verrons pourquoi.
L'impression obtenue est quelquefois troublante : alors que la vitesse augmente on a l'impression que les images tournent d'un seul coup à l'envers, puis elles repartent dans l'autre sens, ralentissent accélèrent ou s'immobilisent...

Le stroboscope
Le stroboscope, primitivement, fut l’invention de Joseph Plateau en 1836 ou de Simon Stampfer...on ne sait pas très bien...
Il fonctionnait par occultation : les fentes d'un cylindre en rotation permettaient de découvrir par instant la vision par leur passage dans la ligne de visée.

Le stroboscope permet en quelque sorte de saisir le mouvement au vol.

Si une machine tourne très vite, l'œil n'a pas le temps d'enregistrer chaque mouvement.
Le stroboscope provoque des arrêts sur image... C'est un peu le contraire du cinématographe : il rend apparemment fixe un objet en réalité animé.
Si on éclaire la machine avec un stroboscope dont l'obturateur tourne exactement à la même vitesse que la machine, on ne voit plus qu'un seul moment du mouvement, ce qui permet de mieux le percevoir.
Dans les soirées disco, aujourd'hui, on voit souvent des lumières stroboscopiques. Un stroboscope permet de ralentir ou de figer les mouvements périodiques des danseurs. Pour cela, la fréquence propre du stroboscope doit être proche de la fréquence du cycle observé.


Ci-dessous, une balle tourne dans le sens des aiguilles d'une montre. Un cache est placé dessus. Celui-ci tourne également. Lorsqu'il a fait un tour complet, il s'efface et un flash éclaire la balle.
Lorsque le cache tourne plus vite que la balle, le flash éclaire avant que la balle ait fini son tour, elle donne l'impression de reculer, i.e de tourner dans l'autre sens.
Lorsque le cache tourne moins vite que la balle, le flash éclaire après que la balle ait fini son tour, elle donne l'impression d'avancer, i.e de tourner dans le sens des aiguilles d'une montre.
Lorsque le cache tourne à la même vitesse que la balle, le flash éclaire après que la balle ait fait exactement un tour complet, elle donne l'impression d'être immobile.
Bien observer ce qui se passe lorsque la vitesse de rotation du cache est proche de celle de la balle.
On modifie la vitesse du cache avec le curseur. Les deux vitesses de la balle et du cache sont affichées.
Dans l'animation on peut observer le mouvement réel de la balle en enlevant le cache. On peut le remettre ensuite.

Les scènes à tourner
Dans la douzaine d'animations ci-dessous, observer les modifications provoquées par le changement de vitesse de rotation : recul, avance accélérée, ralentis...
A chaque fois, j'ai fixé le maximum de la vitesse de rotation à l'angle qui existe entre deux motifs de la scène (360/n, n étant le nombre de motifs du disque) .
A cette vitesse de rotation optimale, chaque motif vient directement se superposer au suivant.
Alors on ne le voit plus tourner autour du disque de base. Et la scène prend vie : les enfants se balancent, le cheval avance au pas saccadé, les couplent valsent sur place...

Toutes les scènes en boucle ICI

Cliquer sur chaque nom ci-dessous pour découvrir les scènes à tourner.

 

Nous avons déjà observé dans des films assez anciens des roues de chars tourner à l'envers...
Dans les films muets, nous avons l'impression que nos ancêtres ne marchaient pas comme nous. Les gestes nous semblent drôles, saccadés, désordonnés et accélérés. C'est assez amusant.
Les premières caméras étaient conçues pour une cadence de 16 images par seconde. Jusque vers 1920, ce rythme de défilement sera conservé.
Avec le cinéma parlant, les problèmes techniques liés à l'entregistrement du son feront passer à 24 images par seconde.
Actuelllement la télévision est diffusée au rythme de 25 images par seconde en raison d'une contrainte imposée par l'électricité, distribuée à 50 Hertz (voire 100 ou 200). Aussi les films tournés dans les premières années du cinéma qui défilent sur des appareils modernes sont-ils involontairement accélérés, donnant des scènes curieuses...


Exemple réel avec une roue à aubes sur la page de Bernard

Pour en savoir plus : Le plus vieil ancêtre du cinéma, la persistance du credo de la persistance rétinienne fait fi de l'effet Phi
Voir aussi à cette adresse, des explications sur le palissadoscope.



PLEIN ECRAN

Le curseur Vitesse permet de modifier la vitesse de la roue en le déplaçant verticalement.




Menu délices  Accueil